Follow

En faisant un tour sur Wikipédia, je regarde la définition de « Libriste » :

fr.wikipedia.org/wiki/Libriste

« les libristes défendent les quatre libertés […] et le projet GNU, tous deux fondées par Richard Stallman. »

Je ne me reconnais ni dans les quatre libertés, ni dans le projet GNU et encore moins dans Richard Stallman, donc je ne suis pas libriste du tout finalement, il semblerait 🤔

· · Web · 2 · 0 · 1

Pas envie de prendre part à une guerre d’édition sur cette page, mais elle pourrait avoir besoin d’une bonne mise à jour… Ou alors, il faut inventer un nouveau terme. 🙄

@aeris Je prends les suggestions. « Néolibriste » ? 😆

@Neil oui ça me semblerait bien d'inventer un nouveau terme pour toutes les choses en plus. Je ne sais pas pourquoi on a décidé dans la communauté francophone de les mettre dans "logiciel libre" qui pour moi correspond bien à la définition chez Wikipedia (les 4 libertés et ce qu'en a fait GNU).
Il y a plein d'aspects qui vont bien au-delà de ça et c'est dommage à mon avis d'avoir voulu les ranger aussi dans "libre"

@Neil pour faire simple on pourrait dire "communiste" pour les gens qui s'intéressent plutôt aux communs, mais c'est déjà occupé aussi comme mot…

Parmi les libristeson trouve aussi des libertariens (capitalistes ou pas) et des anarchistes et toutes sortes de nuances. C'est ça aussi qui montre que les 4 libertés sont un peu au-delà des opinions politiques et des choix sociétaux, et c'est donc normal qu'on voie plein de courants différents dedans ou autour

@Neil Beh du coup, tu défends quoi ?

Perso c’est quand même pas mal les 4 libertés sur le principe (un peu plus large mais voilà). GNU moins déjà, effectivement.

@Neil (à relire ça peut sembler brutal, mais c’est une vraie question sans détour. Genre, si libriste c’est pas défendre les libertés des utilisateurs, c’est quoi du coup ?)

@breizh
Pour faire bref, de ce que j’ai compris, les quatre libertés sont vues comme des piliers juridiques qui garantissent la protection des libertés d’utilisation des logiciels, à partir du moment où l’utilisateur·ice possède le binaire de l’application.

Mais avec l’émergence des applications cloud (et ça fait un petit moment déjà), ces garanties sortent du cadre légal défini par les licences libres. Voir la conf d’ @aeris à PSES à ce sujet :
video.passageenseine.fr/w/hxx2

@Neil @aeris Bah, tout le reste de l’article reste valide alors.

Suffirait d’ajouter un entre autres, ou un généralement sur la partie concernant FSF/GNU/Stallman, un truc du genre.

Histoire de montrer que ça reste les fondateurs et/ou la base du mouvement, mais que ça a évolué.

Je vois pas l’intérêt d’inventer un nouveau mot si au final ça reste la même chose à 90 % 🤔.

Ni même l’intérêt de se limiter à un extrait de la page Wikipédia pour juger de la pertinence du nom du mouvement d’ailleurs.

les quatre libertés 

@breizh
Il y a aussi le fait que dans la quasi-totalité des cas, les logiciels « open-source » (qui utilisent des licences libres) respectent ces quatre libertés de fait, alimentant la confusion entre logiciel libre / open-source.

Un logiciel libre au sens des quatre libertés peut totalement contenir des pisteurs ou avoir une action malveillante / emprisonner l’utilisateur·ice / revendre des données personnelles.

les quatre libertés 

@breizh

Ce pourquoi j’estime que les quatre libertés ne reflètent pas la dimension politique du mouvement du LL, car elles se limitent à la définiton d’un cadre légal très peu contraignant (n’importe quel logiciel open-source le respecterait).

Peut-être qu’on a besoin d’autre chose pour qualifier un logiciel libre ? La défense de l’intérêt général ? L’absence de pisteurs/revente de données ? Des notions d’éthique ?…

les quatre libertés 

@Neil C’est une route délicate. Ce genre de contrainte irait à l’encontre même de la liberté voulue à la base. C’est un autre combat.

les quatre libertés 

@breizh
C’est la question que je me pose justement 🙂

Ne disais-tu pas « Genre, si libriste c’est pas défendre les libertés des utilisateurs, c’est quoi du coup ? »

Est-ce qu’un logiciel qui ne défend pas des principes éthiques / qui revend des données (comme chromium par exemple, sous licence libre) peut-il être considéré comme un logiciel qui « protège » les libertés des utilisateur·ices ?

les quatre libertés 

@Neil D’accord. Mais du coup c’est effectivement un autre sujet, et il faut donc un autre terme, je suis d’accord. Parce que c’est pas incompatible, mais c’est pas la même chose. Pas d’idée pour le coup, et je suis pas sûr qu’il soit question de liberté ici.

Oui. Mais la liberté et l’éthique sont deux choses différentes.

Chromium en tant que tel est à priori libre, et respecte les libertés des utilisateurs. Le fait qu’il contienne des fonctionnalités dérangeantes, et que d’autres projets continuent de se baser dessus plutôt que sur des forks qui ne les contienne pas est un autre sujet (cela dit, il me semble que Vivaldi et consorts font du ménage, mais en gardent certaines pour des raisons d’utilisabilité réclamée par les utilisateurs).

Le problème ici est l’hégémonie de Google, et spoiler, c’est pas le logiciel libre qui va nous en sauver… ça vaut pour Microsoft aussi.

C’est un autre combat, certes partagé par la plupart des libristes. Auquel j’ai pas de solution en tête pour le coup, à part militer.

Et ajouter une contrainte éthique comme tu sembles le sous-entendre, ça implique de révoquer les 4 libertés actuelles. Ça peut faire sens, vu que le monde a évolué depuis leur création. De l’autre côté c’est une base solide, et surtout bien ancrée. Vouloir la modifier va poser de gros problèmes et je ne suis pas sûr que ça soit la bonne solution pour corriger ce nouveau problème.

les quatre libertés 

@Neil Je suis pas d’accord avec le premier point. Généralement ils ne respectent pas les 4 libertés ceux qui alimentent la confusion, justement…

Le second oui. Mais bon, il va vite se faire descendre en flammes, et soit il va dégager tout ça, soit un fork va se faire sans tout ça.

les quatre libertés 

@Neil (pour être précis, la plupart des logiciels qui jouent sur l’ambiguïté respectent rarement les conditions 0, 2 ou 3)

Sign in to participate in the conversation
Shelter

Discussions adultes, otaku et geek, avec des gens sympa